Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2010

Le loup craque pour United States of Tara

US of Tara.pngMes chères lectrices adorées, j'ai eu hier soir un coup de coeur télévisuel. Non, ce n'était pas pour Lionel Jospin quand il a monté les marches du Festival de Cannes ni pour David Pujadas à 20h. J'ai découvert hier une nouvelle série diffusée sur Canal+, United States of Tara. Coup de foudre !  Pour situer la chose, cette série a été créée par la scénariste de Juno et est produite par Steven Spielberg himself. Déjà ça calme un peu. Côté casting, on retrouve Toni Collette en mère de famille (qui n'a plus rien à prouver en tant qu'actrice si ce n'est qu'elle peut aussi tenir une série à bout de bras) et John Corbette (alias le Aidan de Carrie Bradshaw dans Sex & the City) en mari paysagiste.

L'histoire de cette série évènement ? Tara est une femme mariée à un mec hyper cool et hyper sexy, mère de deux ados et qui mène une vie plutôt normale à ceci près qu'elle souffre depuis l'enfance de TID (Troubles Dissociatifs de l'Identité). Comprenez que Tara a des personnalités multiples. 3 pour être exacte. Il y a T, une ado obsédée, vulgaire, fringuée comme une strip-teaseuse, Alice, clône de Bree Van De Kamp, reine de la pâtisserie et du savoir-vivre, et Buck, un "ancien du Viet-Nam" qui a perdu son engin à la guerre, fume comme un pompier et porte de rangers. Toute la famille a pris l'habitude de vivre avec cette mère hors norme, très attachante à l'état normal, et ses doubles. D'ailleurs, quand son mari surprend Tara une clope au bec dans la cuisine avec casquette, lunettes de soleil et chemise à carreaux sans manches, il lui lance un "Salut Buck, ça faisait longtemps qu'on t'avait pas vu par ici". C'est drôle, décalé, émouvant et addictif. Alors 2 solutions : soit on regarde, soit on regarde.  

Les commentaires sont fermés.